Archive pour janvier, 2011

Un odieux connard

Non, je ne parlerai pas aujourd’hui d’opposants à Wikipédia quels qu’ils soient, que ceux qui s’attendraient à de la diffamation facile se détournent (de toute façon, pour ça, j’ai déjà donné de bonnes adresses).

L’odieux connard dont je vais vous parler est autoproclamé, et oeuvre dans les tréfonds de son blog que j’ai découvert par une visiteuse et amie. Sous couvert de son ignominie, le larron détruit post après post la connerie habituelle, comme le faisait en son temps le génialissime Pierre Desproges. Du sujet d’actualité au dernier nanard sorti, l’odieux connard critique, avec une mauvaise foi souvent affirmée, mais tape aussi juste, bien souvent, le tout dans un style drôle et de qualité.

On pourrait distinguer deux terrains où il s’illustre. Le premier est le sujet de société/politique : là, l’odieux connard est très bon pour mettre le doigt sur des points sensibles et par la même occasion, pour nous mettre le nez dedans. Combien de fois se dit-on en le lisant : « purée, c’est vrai que ce comportement est débile… et pourtant je le fais ! » Heureusement, plus souvent, on se contente d’un regard condescendant à l’égard des victimes du billet, dont on ne fait pas partie. Démontage en règle des anti-fessée, attaque caractérisée de l’esprit de Noël, matraquage du phénomène Twilight ou encore analyse des débilités du discours de Benjamin Lancar : l’odieux connard assure le spectacle à chaque fois, et avec brio.

Cependant, là où notre Connard crève l’écran, au sens propre, c’est lorsqu’il démonte minute après minute les navets cinématographiques dont nous gratifie Hollywood. J’ai souvenir d’avoir il y a quelques mois vu le superbe Choc des Titans, nanard légendaire qui me fit rire lorsque j’eus dû pleurer. Quelle ne fut pas notre surprise, à mes compagnons d’infortune et moi même, de voir cet article du bonhomme. Dans un résumé précis et plein d’humour, il démonte point par point le film : on se dit bien vite que « tiens, j’avais pas remarqué ce truc débile », et son pendant « ah, je suis pas le seul à l’avoir noté ! » Cette pratique donne lieu à une catégorie bien à part et très attendue sur le site. Revers de la médaille : quand on a aimé le film, il n’est pas simple de ne pas se sentir mal à l’aise tant ses arguments tapent souvent dans le vrai !

Aussi, arrêtez de vous contenter des petits trolls et boulets du web : allez chez un odieux connard, un vrai.

Da Wiki Code

Il y a longtemps que je voulais parler de nos amis de Wikibuster, car je dois l’avouer, ils sont encore plus drôles que chez Alithia. Les quelques larrons maitres des lieux (trois mousquetaires bien actifs à l’heure qu’il est) sont en effet persuadés qu’il pourront faire tomber le géant Wiki à coup d’attaques en dessous de la ceinture, de monologues imbuvables sur leur « buvette », ou d’articles dont la portée scientifique prête franchement à faire marrer le premier imbécile venu.

Et puis j’ai vu l’une des dernières « observations » d’un des tenanciers des lieux, qui se penche sur le logo de Wikipédia. Et là, c’est un feu d’artifice. Car oui, mes biens chers frères, Wikipédia, cet empire du mal, dévoile en son logo ses sombres dessins. L’encyclopédie du web veut contrôler le monde (d’où le globe), et bien entendu, fera tout pour parvenir à ses fins, à La Fin : car oui, c’est ce que révèle cette lettre Oméga si visible ! On y verrait aussi, au dessus de la lettre grecque, un aigle (oui, fine allusion au nazisme, bien sûr !) ; aigle que je ne vois pas, pour ma part. Seulement accessibles aux initiés ? Et notre analyste d’opérette d’ironiser sur l’expression « Encyclopedie Libre ». Ben oui, l’encyclopédie a eu le malheur de « censurer » certaines de ses prises de positions, disons peu suivies, donc c’est une dictature !

Conclusions du bonhomme ? Wikipédia, comme Hitler, tente d’abuser les foules avec un gros mensonge et de grosses ficelles. No comment, le compteur de point Godwin vient d’exploser et on se demande au passage qui utilise les plus grosses ficelles. J’ai pour ma part une interprétation différente du logo : on aurait mis des lettres de différents alphabets et un globe terrestre pour symboliser l’universalité du savoir. Mais comme je suis certainement un naïf endoctriné, je ne peux certainement pas voir la vérité.

Au passage, toute mon estime à celui qui me montrera l’aigle du logo : je le vois vraiment pas. Et en question subsidiaire : quelqu’un saurait d’où vient mon nouvel ami ? C’est pas tout de se faire des relations, j’aimerais aussi savoir pourquoi elles me sollicitent !

tuxouf |
spitik56 |
solidaire maintenant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MJJ et DIANA ROSS
| pokerenreseau
| alice et june paradise :