Archive pour décembre, 2011

Engagez vous, rengagez vous, qu’ils disaient…

Après WP:it, c’est au tour de WP:en de parler de se mettre en grève pour protester contre une loi en cours de vote aux États-Unis.  Alexander Doria a bien résumé l’affaire sur son blog, et celle-ci a entraîné une certaine résonance sur le bistro du jour. Car pourquoi WP:en s’engage t-elle ? Contre une loi qui, disent-ils, la mettrait en danger. Une sorte de Hadopi version US qui couperait les vivres à tout site contrevenant aux droits d’auteur. Sauf que, comme le fait justement remarquer Arnaudus, à priori, si WP:en respecte le droit d’auteur, elle n’a rien a craindre. On passera sur les divers éléments du débat, chacun pouvant se faire son avis sur la loi en question et la nécessité de s’engager.

Je ne poserai qu’une seule question : est-il normal que le fondateur de Wikipédia lui-même oublie le premier principe fondateur de sa création (« Wikipédia est une encyclopédie », pour ceux qui semblent de plus en plus nombreux à l’oublier), et la fasse entrer de plein pied dans la politique en allant jusqu’à engager des lobbystes pour soutenir sa démarche ?

Question subsidiaire : Pierrot nous fera t-il le coup du « je vous l’avais bien dit ? » ?…

Obi Wan vs Gandalf ; en direct de Wikipédia

Depuis plus d’un an et demi, j’envisage de m’attaquer à une AdQisation de l’article Star Wars. Et depuis plus d’un an, je promets que je finirai le travail dès que j’aurai les livres pour. Il se trouve que, récemment parti dans ma bibliothèque favorite pour faire le plein de bonne musique, je suis tombé sur plusieurs ouvrages particulièrement utiles pour m’attaquer à ce travail. En cette période suivant la fin de Wikiconcours, le temps est déjà plus présent, et le moment idéal pour ce travail. Fan de la saga depuis longtemps, c’est en effet un des projets qui me tiennent à cœur sur Wikipédia. L’autre univers de SF qui me fascine depuis de nombreuses années, c’est l’univers créé par J. R. R. Tolkien. Pourtant, hors quelques très épisodiques corrections orthographiques, je n’ai jamais touché aux articles sur le sujet. Pourquoi ? Dans le premier cas, tout le terrain était (et reste) en friche depuis des années, tandis que de l’autre, on a affaire à une grosse équipe possédant une bonne bibliographie et de bonnes compétences qui dépassent de loin ce que je pourrais faire. Étude comparative.

Arrêtons nous d’abord sur la devanture

Chacun de ces univers de fiction disposant d’un portail, il peut être intéressant de comparer les deux pages. Du côté de la Terre du Milieu, tout d’abord : les couleurs sont suffisamment neutres pour ne pas agresser le regard, et la présentation assez agréable à l’œil. Un chapeau introduit le portail en présentant J. R. R. Tolkien et l’univers qu’il a créé, par quels biais, et avec quelles inspirations. Pour un si court texte, je trouve personnellement le travail de synthèse remarquable : en quelques phrases, le sujet est parfaitement et clairement défini. Suivent les habituels cadres « Lumière sur… », « Image », « Le saviez-vous ? » et « Articles distingués », classiques des portails, et ici bien mis en valeur. Enfin, la présentation des différents articles est axée autour de deux thèmes : J. R. R. Tolkien, sa vie son œuvre d’une part ; l’univers qu’il a créé, ses lieux et personnages de l’autre. C’est à mon avis un gage d’encyclopédisme : la couleur est annoncée, les articles traiteront des éléments de l’univers au sein de l’œuvre de son auteur, de leur évolution… Bref, il est clairement évident que les auteurs ont compris que Wikipédia avait pour objet d’être une encyclopédie analysant les éléments, et non un site de fans.

Passons du Côté obscur de la Force. Obscur, c’est bien le mot, puisqu’en termes de couleurs, nous avons ici une dominante de noir, avec tout de même des intérieurs de cadres blancs, et des textes en jaune. Ok, le noir et le jaune sont les couleurs du logo de la série et des textes déroulants de début de films. Soit. Mais pour une page web, c’est tout simplement, à mon sens, plus qu’agressif ! Franchement, ça fait mal aux yeux non ? Sur le contenu ? On remarque que les paragraphes introductifs sont au nombre de deux, bien séparés, et très courts : le premier présente l’univers de la saga : écrit au présent, il nous présente les faits comme de l’Histoire, sans qu’on sache où, quand, comment… Un deuxième paragraphe, tout aussi rapide présente les six films, en donnant vaguement une idée de date et leur thème… Sans qu’on ne sache vraiment le situer, d’où ça vient, leur impact… Serais-je trop exigeant ? Comparez avec l’intro chez Tolkien, pour constater que ce n’est pas beaucoup demander. La suite est du même acabit : les cadres « image » et « lumière sur… » sont convenables, mais « le saviez-vous ? » mélange faits réels, fictifs, n’explique pas d’où vient quoi… Moyen. Aucune « table des matières » ici : les informations relèvent plus de la page du projet, en présentant les articles récents et les catégories, ce qui n’est pas particulièrement pratique.

Tolkien ressort donc clairement vainqueur de ce premier duel selon moi. Approchons maintenant du contenu.

Tris et catégories

Un autre moyen d’évaluer la qualité d’un projet est de voir la façon dont son classés ses articles. Du côté Tolkien, là chose est simple et claire : une catégorie « mère » regroupe d’une part l’œuvre, d’autre part son contenu, et enfin les études qui en ont été tirées. À l’intérieur de chacune, les articles sont triés par sous-catégories, et ainsi de suite. La partie sur l’univers sépare les personnages, les lieux… Et à l’intérieur, ceux-ci sont à nouveau triés selon leur race, leur appartenance… Sur ce tri, on reviendra d’ailleurs plus précisément par la suite.

Côté Star Wars, c’est déjà moins glorieux. La catégorie principale est là, certes. Mais son contenu est chaotique : les articles qui luis ont directement reliés sont du tout et n’importe quoi : une phrase culte, une convention auvergnate, une infobox à l’utilité plus que douteuse et un truc dont on sait pas trop se que c’est et qui doit pas savoir comment il est arrivé là côtoient Le Maître Absolu, et plusieurs articles au potentiel encyclopédique clair (mais à l’état déplorable). Quant aux sous catégories : on en trouve déjà une fort utile, d’autres redondantes et mal organisées

Vainqueur ? Tolkien, encore une fois, par KO : il suffit de comparer ceci et cela. Et au fait, les articles dans tout ça ?

Prestige, prestige

Que l’on soit d’accord ou pas avec la façon dont ils sont décernés, qu’on les trouve gadgets artificiels ou utiles, les labels ont tout de même le mérite d’être un bon indicateur de la santé d’un projet. Car quand un projet est capable de se regrouper pour créer des articles bien sourcés, bien rédigés, dans une bonne routine de fonctionnement, comme j’en ai déjà parlé… il marche à priori bien. Voyons donc la production de ces deux portails. Une fois n’est pas coutume, commençons par Star Wars, ça ira plus vite. On en a en effet deux : Harrison Ford et Revan. Le premier a été fait il y a trois ans hors du projet Star Wars ; le second concerne un personnage de jeu vidéo… et vient d’ailleurs plus du projet jeu vidéo que de celui consacré à la saga. Tout cela est donc assez faible, même si les deux articles sont d’un bon niveau. L’article principal pourra, je l’espère, les rejoindre une fois le travail fini.

Ceci étant dit, passons côté Tolkien. 33 articles sont passés par la case vote, dont l’article consacré au Seigneur des Anneaux, mais aussi les trois films, des personnages principaux, des (très) secondaires, des textes, et même les langues parlées par les personnages. Avec une telle diversité de sujets traités, l’équipe qui sévit dans la région prouve clairement qu’elle peut transformer à peu près tous les articles de son projet en chef d’œuvre.

Wikipédia ou Wookiepédia

Le projet Tolkien a un autre avantage : privilégier les listes aux articles lorsqu’il y a peu à dire sur un personnage. Chaque race a sa liste (par exemple les orques), et, de fait, seuls les personnages sur lesquels il y a à dire ont leur article. C’est du moins l’impression qui ressort du portail et de ma balade dans les catégories ; peut-être les membres du projet qui me liront contrediront cette impression.

Côté Star Wars, par contre, WP:fr n’a pas franchi le pas de WP:en ; à savoir passer tous les personnages anecdotiques dans une liste, avec lien vers des « encyclopédies Star Wars » de type Wookiepedia, bien plus adaptées. N’allez quand même pas me dire que la littérature est assez abondante pour faire une analyse convenable et non TIesque du personnage de Zorba le Hutt, Azrakel ou R5-D4. À cela s’ajoute que bien souvent, l’orthographe de ces articles est, au mieux, médiocre, la syntaxe particulière, et les sources de toute façon inexistantes… Ce qui ne signifie pas qu’il faut tout virer, loin de là : Revan, cité plus haut, en est la preuve. Mais un bon nettoyage à base de fusions s’imposerait.

Pourquoi cette différence ?

On peut fortement spéculer. Star Wars est-il moins noble que le Seigneur des anneaux ? Je ne le pense pas ; les films et les dessins-animés/jeux vidéos attirent peut-être plus de jeunes contributeurs qu’une saga littéraire… Mais le Seigneur des anneaux a aussi été adapté au cinéma ! La bibliographie « externe » à l’œuvre est en revanche certainement moins répandue concernant la saga de George Lucas, mais il est clairement possible de faire de très beaux articles sur les sujets les plus généraux de son œuvre, et même beaucoup de points particuliers. Alors pourquoi ?

Certainement aussi parce que, côté Tolkien, pour une raison X ou Y, plusieurs très bons contributeurs se sont rencontrés et ont appris à bosser ensemble, de la même façon que, par exemple, les Rolling Stones n’ont pas eu la chance des Beatles concernant leurs articles.

Alors qu’attendons nous ? Fans de cette galaxie lointaine, très lointaine, venez donc avec moi m’aider à remettre ce projet en route, et, pourquoi pas, à concurrencer les Tolkienniens ! En attendant, chapeau bas à eux, et je leur souhaite de continuer longtemps leur excellent travail.

Un admin peut il vandaliser Wikipédia ?

Face à cette question, si vous êtes un visiteur normalement constitué et adhérant aux principes de base de Wikipédia, vous jurerez que, oh grands dieux, non ! Et pourtant… Les admins ont le droit de vandaliser Wikipédia. Pire, des admins avec pas mal de bouteille trouvent cela totalement normal, et sont persuadés d’agir ainsi pour le bien de l’encyclopédie. Foutaises ? Non, la preuve par l’exemple.

Récemment, un membre du projet foot « pète les plombs », est bloqué un mois, contourne son blocage et insulte. D’autres ont discuté du bienfondé de ce blocage ; pas moi, d’une part car je ne connais pas assez bien le dossier, d’autre part parce que je n’en ai strictement rien à faire. Il se trouve que, par la suite, notre bonhomme revient sous IP. Pour vandaliser ? Non, même pas : il met à jour des stats, voire même wikifie quelques articles. Repéré, il s’en prend à son délateur et son IP est bloquée : normal : il a joué, il a perdu. Encore que, déjà, ce point puisse prêter à débat : peut on bloquer quelqu’un sous une identité qui n’a encore rien fait de mal, parce qu’on a reconnu un ancien individu problématique ? La rédemption est-elle impossible sur Wikipédia ? Acceptons la règle du jeu, et passons sur cette question : il y a de toute façon bien plus drôle plus tard.

Car notre bonhomme revient et continue ses stats et sa wikification. Il suffit de voir cette modification, ou celle-ci, ou encore celle là, et de comparer avec WP:en par exemple pour voir qu’il ne s’agit en aucun cas de vandalisme. De la wikification pure et simple, comme en font des centaines de contributeurs chaque jour sans avoir aucun souci, et encore heureux : c’est là la base de Wikipédia. Notre contributeur jugé irrécupérable par – une partie de – la communauté est donc rebloqué sans pitié. Nous ne discuterons pas de ce fait. En revanche, il est plus gênant que certains admins révertent systématiquement son œuvre, y compris lorsqu’il a apporté à Wikipédia, voir corrigé des erreurs ! Or, l’inverse de corriger une erreur est… ajouter une erreur. Et quelle est la définition de base du vandale ? Quelqu’un qui ajoute du contenu erroné sur Wikipédia. Donc, les administrateurs qui révertent ces modifications se comportent.. en vandales, là où leur mission est de protéger l’encyclopédie contre ces mêmes vandales. Il y a comme un hic.

Hic soulevé sur le Bulletin des Admins par un simple péon, Floflo62, qui trouve la pratique un peu déplorable (et surtout sans grand intérêt puisque le « nuisible » est bloqué de toute façon). L’un des admins auteurs de ce revert sort une réponse qui ouvre un débat intéressant : « Cela ne sert à rien de bloquer un contributeur si on le laisse faire des contournements. C’est une prime donnée à ceux qui essaient de contourner avec succès que de laisser leurs contributions, tandis que les personnes qui respectent le blocage ne gagnent rien ? Personnellement, je reverte souvent les contributions effectuées durant les contournements, sauf s’il s’agit de la correction d’une erreur assez grave pour être préjudiciable au lecteur. Il faut qu’on soit logique. » En d’autres termes : pour faire respecter la Loi de Wikipédia, et donc les banissements décidés par quelques admins, aucun moyen n’est inutile, et dégrader l’encyclopédie permet de montrer aux bannis qu’ils n’ont pas à revenir ». Au final, qui se marre bien ? Le banni en question : il apporte une modification constructive, et voit un admin vandaliser, de fait, Wikipédia ! Nous n’avons plus besoin que les vandales fassent le travail, nous le faisons à leur place.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce principe me surprend : je l’avais déjà vu appliqué lors de l’affaire Calcineur… Ce qui nous amène à un débat sur le sens même de Wikipédia : nous sommes sur une encyclopédie où chacun peut apporter sa pierre, pour peu qu’elle aide à bâtir ce projet d’encyclopédie. Ne sont « éliminés » que ceux qui nuisent au projet, directement (en vandalisant un article) ou indirectement (en injuriant…). Jusque là, tout va bien. Les administrateurs ont pour mission de protéger l’encyclopédie. N’y a t-il pas une certaine contradiction à user des méthodes des vandales pour les dissuader de façon préventive ? Tout ça me rappelle mon enfance et les merveilleux Power Rangers, défenseurs débiles du monde civilisé, qui, pour protéger une ville contre un monstre-sanguinaire-pas-beau-qui-fait-peur-mais-pas-trop, en ravageaient la moitié dans des combats surhumains.

tuxouf |
spitik56 |
solidaire maintenant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MJJ et DIANA ROSS
| pokerenreseau
| alice et june paradise :