Archives pour la catégorie Hors-sujet

Un odieux connard

Non, je ne parlerai pas aujourd’hui d’opposants à Wikipédia quels qu’ils soient, que ceux qui s’attendraient à de la diffamation facile se détournent (de toute façon, pour ça, j’ai déjà donné de bonnes adresses).

L’odieux connard dont je vais vous parler est autoproclamé, et oeuvre dans les tréfonds de son blog que j’ai découvert par une visiteuse et amie. Sous couvert de son ignominie, le larron détruit post après post la connerie habituelle, comme le faisait en son temps le génialissime Pierre Desproges. Du sujet d’actualité au dernier nanard sorti, l’odieux connard critique, avec une mauvaise foi souvent affirmée, mais tape aussi juste, bien souvent, le tout dans un style drôle et de qualité.

On pourrait distinguer deux terrains où il s’illustre. Le premier est le sujet de société/politique : là, l’odieux connard est très bon pour mettre le doigt sur des points sensibles et par la même occasion, pour nous mettre le nez dedans. Combien de fois se dit-on en le lisant : « purée, c’est vrai que ce comportement est débile… et pourtant je le fais ! » Heureusement, plus souvent, on se contente d’un regard condescendant à l’égard des victimes du billet, dont on ne fait pas partie. Démontage en règle des anti-fessée, attaque caractérisée de l’esprit de Noël, matraquage du phénomène Twilight ou encore analyse des débilités du discours de Benjamin Lancar : l’odieux connard assure le spectacle à chaque fois, et avec brio.

Cependant, là où notre Connard crève l’écran, au sens propre, c’est lorsqu’il démonte minute après minute les navets cinématographiques dont nous gratifie Hollywood. J’ai souvenir d’avoir il y a quelques mois vu le superbe Choc des Titans, nanard légendaire qui me fit rire lorsque j’eus dû pleurer. Quelle ne fut pas notre surprise, à mes compagnons d’infortune et moi même, de voir cet article du bonhomme. Dans un résumé précis et plein d’humour, il démonte point par point le film : on se dit bien vite que « tiens, j’avais pas remarqué ce truc débile », et son pendant « ah, je suis pas le seul à l’avoir noté ! » Cette pratique donne lieu à une catégorie bien à part et très attendue sur le site. Revers de la médaille : quand on a aimé le film, il n’est pas simple de ne pas se sentir mal à l’aise tant ses arguments tapent souvent dans le vrai !

Aussi, arrêtez de vous contenter des petits trolls et boulets du web : allez chez un odieux connard, un vrai.

Le Joueur du grenier : un talentueux dépoussiérage au marteau

Depuis quelques temps, je suis avec attention et amusement l’épopée du Joueur du Grenier. Testeur ? Comique ? Beaucoup des deux, car si son émission est à l’origine consacrée au test de vieux jeux vidéos, le rire est bien au rendez-vous. Mais revenons quelques mois en arrière : nous sommes en avril, et au détour de ma liste de suivi sur Wikipédia, je tombe sur une PàS surprenante parlant de ce fameux « Joueur du grenier », alors totalement inconnu. L’article était, en l’état, inadmissible, mais par curiosité, j’ai jeté un oeil à un des liens Youtube donnés en références, pour tomber sur ça :

Image de prévisualisation YouTube

Et c’est ainsi que je suis tombé amoureux de cet humour et me suis enfilé toutes ses vidéos dans la journée qui a suivi. Le principe est simple. Prendre les vieilles bouses vidéoludiques de notre enfance (enfin, perso, ma toute petite enfance, car comme chacun sait, je reste un jeunot !) et les démolir en riant. Ce principe s’étoffe au fur et à mesure ajoutant mise en scène, effets spéciaux, clins d’oeil et grand n’importe quoi : après avoir terminé Les Schtroumpfs, le joueur excédé bombarde le village des charmants êtres bleus sur fond d’Hymne à la Joie…

Les mois défilant, le concept prend à tel point que le Joueur du grenier se permet quelques hors série histoire de démolir Téléchat et nombreux dessins animés qui ont marqué les jeunes de 80s en bien ou en mal. Et comme on ne se prive pas de ce qui est bon, il possède désormais son site internet (qui a d’ailleurs fermé provisoirement suite à un trop grand nombre de visites), et même un article sur Le Point.fr. Quand à son article Wikipédia, il semble désormais bien admissible. En quelque mois, Grenier est ainsi devenu un véritable phénomène, et je ne pense pas être le seul à attendre avec impatience ses vidéos. Une dernière pour la route !

Image de prévisualisation YouTube

La pseudo-histoire fait vendre… malheureusement

Depuis quelques jours, une nouvelle théorie « alternative » circule au sujet du Titanic. Il y a quelques année, Robin Gardiner, pourtant historien réputé assez sérieux, avait tenté d’expliquer en quoi le paquebot n’avait jamais coulé (détails ici), et avait bien vite vu sa théorie démontée par les spécialistes. Aujourd’hui, un nouvel auteur tente de faire son beurre sur la base de « l’histoire qu’on nous cache depuis trop longtemps » : Louise Patten, petite fille du deuxième officier du navire, Charles Lightoller.

Selon elle, le naufrage serait dû à une bête erreur de navigation : le barreur aurait confondu bâbord et tribord, et aurait fait virer le navire du mauvais côté… La faute, selon l’auteure, à de vieux réflexes du temps de la marine à voile, où l’on faisait pivoter la barre dans le sens inverse de l’endroit où l’on veut se diriger. Le problème, c’est que pour que cette théorie soit valable, et pour que le quartier maître Robert Hitchens ait eu un réflexe de sa jeunesse comme le rapporte Patten, il faudrait que ce dernier est servi sur des navires du XVIIIe siècle, époque à laquelle les gouvernails dirigés par une barre droite ont été remplacés par des gouvernails orientés par une roue. Peu probable, donc.

Comme Patten n’est pas à une approximation près, elle ajoute que le navire n’était alors pas condamné, mais que le président de la compagnie Bruce Ismay aurait relancé celui ci à pleine vitesse. Tout aussi impossible : le navire a bien repris la mer, mais à vitesse réduite, sur ordre du commandant, qui ayant fait évaluer les dégâts, les avait jugés superficiels. Cette marche lente s’était par ailleurs vite arrêtée. Ismay n’était alors pas encore entré en contact avec le commandant Smith. Il n’est d’ailleurs pas certain que les deux hommes se rencontrèrent cette nuit là. Cependant, le président de la White Star Line étant le bouc émissaire historique de la catastrophe, les « profanes » comme Louise Patten sont souvent tentés de lui faire porter le chapeau pour tout ce qui s’est produit les 14 et 15 avril 1912.

Gageons, malheureusement, qu’avec l’approche du centenaire du naufrage et la ressortie du film de James Cameron en 3D, ce genre de rumeur et de théories fumeuses ressortira, pour le plus grand plaisir des journalistes…

Panem et circenses… politicos scandaloresque…

Un joli titre en latin de cuisine qui me rappelle mes bonnes vieilles déclinaisons et mes ancêtres fins lettrés (pourvu que je me sois pas planté dans les cas si ils passent par là !)…

En allumant BFM TV ce soir, par un temps d’insomnie, je tombe sur le nouveau scandale d’état. Non, ce n’est pas Horteufeux condamné pour injure raciste, pas plus que les magouilles autour de la famille Bétancourt ou les sinistrés du Var… mais une affaire bien plus importante : le scandale autour de notre belle équipe nationale. Ils sont jeunes, méprisants, méprisés, trop payés, et en plus, ils font grève !

(suite…)

Un essai sur l’art de bien glander

Il était une fois un étudiant qui, pendant un rapide moment d’inattention en cours, décide de rédiger le guide du parfait glandeur. Il se trouve que, par une étrange coïncidence, je suis ce étudiant. Le torchon qui a résulté de cette intense réflexion, intitulé De Glandouillae Arte, a eu un certain succès auprès de mes amis, et je me suis donc finalement décidé a en publier une version légèrement remaniée par souci d’anonymat.

J’ose espérer qu’il vous plaira. J’en profite pour remercier ici tous les amis qui ont apprécié cette oeuvre de mon esprit sévèrement malade !

Cet ouvrage comprend notamment : des conseils pour bien se placer en cours, des idées de dessins et de textes, un cours de morse, la recette de la fondue savoyarde et des trucs trop effrayants pour être mentionnés ici.

Cliquez ici pour lire ou télécharger De Arte Glandouillae

12345

tuxouf |
spitik56 |
solidaire maintenant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MJJ et DIANA ROSS
| pokerenreseau
| alice et june paradise :